décembre 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Les vidéos de Cotentinois

Instagram

Une belle surprise…

Léonard Cohen a trouvé un excellent inter..prêtre que cet irlandais. Quel talent ! Les époux O’Kane se souviendront de leur mariage.

Une journée bien remplie

A la cale d'Urville

A la cale d'Urville

Mercredi, jour des enfants, milieu de matinée,nous allons passer un bon moment sur la plage d’Urville avec Pablo, Lilou et Noam accompagnés de Mélanie et de Miss Marple. Histoire de s’aiguiser un peu l’appétit, déjeuner sous la véranda et solide coup de fourchette de Noam qui dévore littéralement l’excellent premier melon de la saison et son roti de boeuf ainsi que  les frites qu’il a lui-même préparé. Un peu de jardinage, tronçonnage du billot qui reçoit désormais proprement l’antique pot de géraniums puis nous filons, à sa demande à bord de la frégate russe Shtandart, repérée la veille par votre serviteur.

Sur le gaillard d'avant

Noam est aussi sur le photoblog

Retour par Teurtheville Hague, coup d’oeil à la future maison de Pablo dont les murs s’élèvent maintenant au dessus du bourd de cette petite localité nichée dans la Hague Sud.

A bord du navire amiral de Pierre le Grand

Bonjour à tous,

votre serviteur est allé ce matin faire un petit tour en Russie. Invité très gentiment par une jeune russe à monter à bord, comme vous pouvez vous en douter, je ne me suis pas fait prier et c’est avec grand plaisir que je suis allé à la découverte de cette magnifique réplique de la frégate Shtandart (l’étendard) construite à St Pétersbourg et lancée le 4 avril 1999.

Le premier navire de guerre de la flotte Baltique a donc été construit en 1703 d’après les plans de Pierre 1er le Grand et avec sa participation directe au projet. C’est au nouveau chantier d’Olonets, au bord de la rivière Swir, que, dans un délai de cinq mois, les premiers dix navires nécessaires pour la défense de la forteresse Saint-Pétersbourg, érigée à l’embouchure de la Neva, ont été construits. Le plus grand navire, la frégate « Shtandart » portant 28 canons, devenait le vaisseau amiral de la nouvelle flotte Baltique. La suite ici : Shtandart (en français)

Voilà ainsi un superbe navire dont la fiche sur Marinetraffic.com va s’enrichir de quelques nouvelles photos mémorisant son escale cherbourgeoise printanière avant qu’il ne reprenne la mer et qu’il fasse route vers Amsterdam dans quelques jours.

Légendes argentiques

L’idée m’est venue (comme souvent) cette nuit alors que je ne dormais pas : un blog dédié aux photos argentiques, celles qui dorment au fond des albums et des tiroirs et qui ne voyagent pas. Ah, dame ! Aussitôt pensé, aussitôt mis en ligne avec, pour inaugurer le bal, celle du 18 avril 1981, prise par votre serviteur à Chausey. A tout seigneur, tout honneur, mon vieux 5,90 Lanaverre qui a porté mes rêves entre Granville et Chausey avec son spi de 5O5.

Légendes argentiques c’est là : L.A.

Bien entendu, noir et blanc de rigueur sur ces pages, toutes passées au scanner et traitement minimum. Des mots pas trop lourds dessous et rien de choquant à venir. Pour le poids des mots et le choc des photos, c’est ailleurs…

Le parrain à bord

Hier samedi 5 avril, Jacques Gamblin était à bord de Marité avec le réalisateur et les comédiens de son dernier film “de toutes nos forces”.

Jacques (le fils du quincaillier de la rue Couraye) s’entretient avec Matthieu. Resté fidèle à Granville et à ses origines, JG a commencé la voile à bord d’un vaurien…

Veille d’appareillage

Voilà, cette fois, ça y est, nous avons une fenêtre météo favorable pour entreprendre notre 23ème échappée à bord de notre husbil (littéralement maison mobile en suédois). Bonne occasion pour télécharger le petit futé sur la tablette, ses 590 pages sont au format pdf pour moins de 57 Mo. Une mine de renseignements fort utile. La prose de votre serviteur va donc se répandre sur la route si je puis dire à la suite de la dernière virée effectuée dans la Monaco du Nord.

Il y a 100 ans, le Contre Torpilleur “La Rapière”

Fred de Tours a eu l’excellente idée de m’envoyer cette carte postale - qu’il en soit ici vivement remercié - expédiée en mars 1929 par un certain Raymond à son oncle parisien.

Elle représente le contre torpilleur La Rapière au mouillage sur un coffre dans la petite rade de Cherbourg. Construit à Rochefort, ce navire sera admis au service définitif le 13 mars 1903 et sera en réserve spéciale à Toulon à partir de janvier 1904.

Cela valait bien une petite recherche sur le forum 14 - 18, centenaire de la grande guerre oblige :

(M11),Symbole de coque:’F'(?)(1904),’RP’(1912):
-2 janvier 1900:Mis en Chantier à l’Arsenal de Rochefort;
-16 juillet 1901:Lancement;
-octobre 1902-mai 1903:Essais à Rochefort;
-31 décembre 1902:Essais Officiels;
-13 mars 1903:Armement définitif;
-mars 1903-janvier 1904:Escadre de la Méditerranée;
-janvier 1904-juillet 1905:En Réserve Spéciale à Toulon;
-16 août-29 octobre 1905e Toulon à Saïgon;
-août 1905-mai 1907:Escadre d’Extrème-Orient;
-août 1907-janvier 1911:1ère.Flottille des Torpilleurs de la Manche à Cherbourg;
-janvier 1911-juillet 1912:Stationnaire de la Manche et de la Mer du Nord en Remplacement du”YATAGAN”;
-juillet 1912-janvier 1913:3e.Escadre;
-janvier 1913-août 1915:2e.Escadre Légère(3e.Escadrille de Contre-Torpilleurs)puis est envoyé en Méditerranée;
-juin 1916-1919ivision des Patrouilleurs de Bizerte et 9e.Escadrille de Contre-Torpilleurs à Bizerte;
-27 octobre 1921:Rayé;
-25 mars 1923:Coque vendue à Bizerte.

Au 1er janvier 1911, Station des torpilleurs de CHERBOURG.
Commandant (du 1er janvier 1910) : Alphonse MORACHE, Capitaine de frégate et Commandant les torpilleurs de CHERBOURG.
Second (du 15 décembre 1910) : Edouard HARDY, Lieutenant de vaisseau.
Enseigne de vaisseau (du 21 octobre 1910) : Paul FOURNIER.

- FICHET Lucien, né le 26 février 1893 à BARFLEUR (Manche), Matelot de 2ème classe Canonnier, disparu en mer enlevé par une lame le 18 décembre 1915…— Jugement déclaratif de décès rendu le 28 mars 1916 à VALOGNES.

Article du Nouvelliste du Morbihan N°151 du 27 juin 1915 - Rubrique Chronique Maritime

Le lieutenant de vaisseau Ancelin est nommé au commandement du torpilleur d’escadre Rapière.

ANCELIN Lucien Albert Joseph

Né le 5 mars 1876 à SAINT-BRIAC-sur-MER (Ille-et-Vilaine) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1893 (port BREST), Aspirant le 5 octobre 1896. Au 1er janvier 1897, sur le croiseur “DESCARTES”, Division navale d’Extrême-Orient (Cdt Aristide BERNARD). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1898. Au 1er janvier 1899, port BREST. Au 1er janvier 1900, sur le cuirassé “MASSÉNA”, Escadre du Nord (Cdt Ernest MARQUER). Officier breveté Canonnier. Au 1er janvier 1901, sur le cuirassé “MAGENTA”, École des marins torpilleurs (Cdt Claude RICHARD D’ABNOUR). Au 1er janvier 1902, port BREST. Au 1er janvier 1903, sur le contre-torpilleur “CASSINI”, Escadre du Nord (Cdt Marie LAURENT). Au 1er janvier 1904, sur le contre-torpilleur “CASSINI”, Escadre du Nord (Cdt Marie LAURENT). Lieutenant de vaisseau le 20 mars 1905. Le 16 septembre 1905, Commandant le sous-marin “PROTÉE”, 1ère Flottille de sous-marins des Mers de CHINE. Au 1er janvier 1908, sur le croiseur cuirassé “LÉON-GAMBETTA”, Escadre du Nord (Cdt Jules HABERT). Le 1er janvier 1909, Commandant un groupe de torpilleurs armés, 1ère Flottille de torpilleurs de la Manche à CHERBOURG. Chevalier de la Légion d’Honneur. Aux 1er janvier 1911, 1912, sur le cuirassé “CARNOT”, 2ème Escadre puis 3ème Escadre(Cdts Félix JOURNET puis Louis JOCHAUD du PLESSIX). Officier breveté de l’École Supérieure de la Marine, promotion 1913. Au 1er janvier 1914, sur le cuirassé “MIRABEAU”, 1ère Escadre, 1ère Armée navale (Cdt Alfred De la TASTE). En juin 1915, Commandant le torpilleur “RAPIÈRE”. Capitaine de corvette le 1er juillet 1917. Au 1er janvier 1918, port BREST. Capitaine de frégate le 14 août 1918. — Officier de la Légion d’Honneur. Au 1er janvier 1921, Commandant le croiseur cuirassé “CONDÉ”, Division navale de l’Atlantique, en réserve à BREST.

8 août 1914 : Capture au large du Cotentin le trois-mâts barque allemand Frieda-Mahn et le conduit à Cherbourg.

Le procès-verbal de capture fut dressé en mer le même jour ; le procès-verbal de visite et de reconnaissance fut établi le 10 août suivant par le commissaire aux prises du port de Cherbourg.

Le Frieda-Mahn transportait une cargaison de « coke de gaz », sans que soient connus ni le chargeur ni le lieu de chargement. Au nombre des papiers du bord saisis, et outre le rôle d’équipage, figuraient :

― un certificat de nationalité établi à Rostock (Allemagne), le 11 juin 1904 ;
― un manifeste de chargement et un connaissement délivrés à Hambourg (Allemagne), le 21 juillet 1914 ;
― une facture consulaire péruvienne délivrée à Hambourg, le 22 juillet 1914.

(Conseil des prises, 29 déc. 1914, « Navire allemand Frieda-Mahn »  : Journal officiel, 9 avr. 1915, p. 2.040 ; Revue générale de droit international public, T. 22, 1915, Jurisprudence des prises, p. 5 à 7).

Le Frieda-Mahn sera adjugé le 29 mars 1915 à la Compagnie française de marine et commerce, dont le siège social était établi à Paris, qui le renommera Bon-Premier.

lien vers une photo du navire en cale sèche à Rochefort : c’est ici

les navires de la guerre 14 18 sont là : Navires de la grande guerre

La galoche…

…est à poste en ce mois de mars et les pensées qui la squattent semblent apprécier cet endroit sous le vent des carres de planches de la cabane, elle même sous le vent de la haie des cyprès de Leyland.

Encore un après midi passé au jardin, bodywarmer capelé sur les épaules, plantation de glaÎeuls, et mise en place d’une bâche de protection sur le carré potager car selon toute vraisemblance, le mercure va plonger cette nuit.

La tête dans les nouages

Ce week end, Marité a accueilli à son bord les passionnés des noeuds marins pour leur journées européennes annuelles. Après s’être réunis en assemblée générale, les membres de l’International Guild of Knots Tyers venus de France, de Grande Bretagne, de Belgique, des Pays Bas ont donc, avec grand talent, fait une démonstration de leur savoir faire. Cela valait bien une petite vidéo et quelques photos à découvrir sur le blog de Marité et sur le groupe facebook dédié à ce navire de légende.

Un coté japonisant

En ce premier jour du printemps, finition de l’espace terrasse bordé par des graviers de marbre et quelques pas japonais, histoire de donner ce coté japonisant qui appelle naturellement la sérénité. Les fleurs feront le reste pour peu que Helios ne soit pas trop avare de ses bienfaits dans les semaines à venir.